Agilité agile

J’en viens à me dire que pour faire de l’agilité sur un projet, il faut renoncer à appliquer une méthode agile précise. Même si le principe défendu par tous les agilistes est de commencer par appliquer les techniques « officielles » afin de monter en compétences dessus avant de vouloir les changer.

Ceci étant dit, il convient de s’adapter au mieux à la réalité du projet : personnalité de l’équipe, historique commun ou non, expérience des uns et des autres, …
En particulier renoncer à avoir une norme agile au niveau de l’entreprise.

Cela revient à opposer agilité et CMMI : définition d’une norme, respect de cette norme, optimisation basée sur des statistiques sur les autres projets, …
Sauf à identifier au niveau CMMI un certain nombre de pratique, leur domaine et conditions d’application, les dérogations possibles, les interdépendances (pas de campagnes de refactoring sans tests unitaires automatisés,…)

Si CMMI est la norme, s’il faut expérimenter et quantifier pour adopter, eh bien allons y. Expérimentons et quantifions.

Et soyons souples sur le terrain, en « oubliant » peut-être de préciser tous les détails d’implémentation lors des revues CMMI…

Peut-être que pour finir de se généraliser, l’agilité devrait renoncer à son nom. Pousser les pratiques en faisant appel au bon sens, unitairement, au lieu de faire un agile big bang. Le but n’est pas d’avoir 100% des projets estampillés agiles. Le but est d’améliorer 100% des projets pour qu’ils atteignent leurs objectifs métier. Ne pas renoncer non plus à l’évangélisation, mais essayer de ne pas faire trop peur.

Publicités

A propos pierrefauvel

Project Leader and/or Agile Coach. Pragmatic. Hard core Zen inspired.
Cet article a été publié dans Agile, Entreprise. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Agilité agile

  1. Simon dit :

    Je ne peux qu’affirmer ce que tu dis! En effet, D’une release à une autre ou d’une itération à une autre, le contexte peut varier : nombre de développeurs supplémentaires pour répondre à un besoin ponctuel, trop de boulot pour faire de la programmation par pair, faire tourner les binôme dépend de la volonté de chacun… et surtout du CP, dans une organisation avec beaucoup de CP et avec des process à respecter, il est difficile de transformer ce rôle en scrum master pour avoir une équipe de même niveau, il y a aussi certaines difficultés à bien appliquer toutes les règles entre interne vs externe.

    Bref, ceci n’est qu’un aperçu des constats que j’ai pu faire de mon côté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s