Matrix

Rassurez-vous je ne vais pas faire une n+1ème métaphore sur la base de la pillule bleue (ignorance) et de la pillule rouge (lucidité). Je voudrais évoquer un autre aspect de Matrix, le personnage de l’Oracle.

Elle fait partie du système, mais elle est là pour que les humains s’intègrent au système, pour qu’ils aient la sensation d’avoir leur mot à dire, d’être maîtres de leur destin, tout en revenant dans le giron du système à la fin.

Cet « empowerment » des humains me fait penser à l’agilité, et au rôle du chef de projet dans un contexte agile. Au final, il faut que les choses soient faîtes, que les contraintes soient respectées. Pourtant, les décisions doivent venir de l’équipe.

Cela vaut aussi pour le recrutement ou l’encadrement dans une SSII. Il faut que le collaborateur s’y retrouve, qu’il ait la sensation de progresser. Et pourtant il faut que les choses soient faîtes, que les contraintes soient respectées.

La beauté du personnage de l’Oracle est qu’elle croit sincèrement oeuvrer pour le bien commun, malgré ses contradictions. Et vous ?

Publicités

A propos pierrefauvel

Project Leader and/or Agile Coach. Pragmatic. Hard core Zen inspired.
Cet article a été publié dans Agile, Entreprise, Humain, Leadership. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Matrix

  1. perenono dit :

    mais qui défini ce qu’est le bien commun? Est ce seulement une notion qui peut être partagée?

    • pierrefauvel dit :

      C’est là que Matrix est subversif : l’Oracle n’agit pas pour le bien des humains mais pour leur asservissement. Il y a une limite à l’analogie avec les SSII :-)

      Les méthodes agiles visent à donner à l’équipe le pouvoir de décision.
      Une première raison est que cela donne de meilleures décisions.
      une seconde raison est que cela est motivant (donc l’équipe motivée fait le maximum et la direction de projet est contente).
      C’est surtout à cette seconde raison que je pensais.

      Des équipes épanouies ca diminue le turnover.
      Pourtant le turnover n’est pas la seule fin.
      Acquérir ou conserver une avance technologique en est une autre par exemple, grâce à l’investissement et à la créativité de chacun.

      Malgré tout, travailler en équipe, en apportant de vraies solutions aux vrais problèmes, ca me semble être un « bien commun » assez commun.

      Reste à savoir les vrais problèmes et les vrais solutions. C’est pour cela qu’une équipe agile débat démocratiquement, afin de faire apparaître la « vérité » (i.e. le consensus).

      Cela demande beaucoup de courage, en particulier si on estime que des hypothèses de fond du projet doivent être revues.

      Je trouve enfin que le débat « démocratique » (agile ou pas) est toujours faussé par les différences de charisme, de poids, de tchatche des uns et des autres, mais nous n’avons pas mieux, si ce n’est un Scrum Master facilitateur, pour que chacun s’exprime, que chacun aie la vraie sensation d’avoir pu exposer son point de vue, que chacun adhère au consensus. La différence avec l’Oracle étant que le consensus n’est pas imposé de l’extérieur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s