La fourchette thérapeutique du #Coaching #Agile

Il existe pour certains médicaments une fourchette thérapeutique, c’est à dire 2 seuils.
Un seuil en dessous duquel le traitement n’agit pas.
Un seuil, supérieur au précédent, au dessus duquel le traitement est toxique.

Pour être utile sans être nocif, la concentration du médicament dans le sang doit être entre les deux. On la monitore pour s’assurer que l’on reste dans la bonne fourchette par des prises de sang régulières.

Pour le coaching agile, c’est pareil.

Je considère qu’en dessous d’un certain seuil (une journée par semaine ? une demi journée par semaine) je n’ai plus suffisamment d’informations de contexte pour fonctionner comme je le souhaiterais. Je ne prends pas assez de cafés avec les uns et les autres, je me repose uniquement sur la vision du scrum master, qui se livre de moins en moins.

Bref progressivement, je me fais éjecter, je ne suis plus dans la boucle, je perds la richesse du contexte.

Les signes sont bien visibles. J’ai un train de retard sur les problèmes de l’équipe. On me salue en me disant « tiens, un revenant », …

Inversement, quand je suis présent trop, d’autres effets pervers se manifestent.

On me propose de remplacer le scrum master pendant ses congés plutôt que de lui trouver un remplaçant dans l’équipe. On essaie de me faire prendre parti, produire des livrables projets. Cela déresponsabilise les scrum master, voire l’équipe.

Comme dit mon collègue @dmourgand, il faut laisser à l’équipe la possibilité de faire des erreurs.

Il y a bien une façon de tempérer ça (s’installer dans un plateau, mais pour travailler sur autre chose, tout en tendant l’oreille), mais on « use » quand même son costume de coach à être trop présent.

Le coaching c’est amener, par le biais d’une relation personnelle, les coachés à se remettre en question, à aller au fond des choses. Si on est trop loin, la relation devient « le coach est juste un expert agile » et la remise en question ne va pas assez profond. Trop près, s’il y a remise en question, il n’y a plus assez de distance et l’on ne raisonne pas assez « out of the box ».

Du coup, il faut parfois faire, de la présence, juste pour faire de la présence ( ce qui peut sembler étrange quand on a 10 projets dans son scope ).
Et il faut prendre du recul, et pour cela rien ne vaut les échanges avec les collègues coach, quand on a comme moi la chance d’être au sein d’un groupe de coach.

Le luxe étant d’avoir un collègue qui vous supervise, bref qui vous coache. Même une fois par mois, c’est déjà bien.

Publicités

A propos pierrefauvel

Project Leader and/or Agile Coach. Pragmatic. Hard core Zen inspired.
Cet article a été publié dans Agile, Efficacité, Humain. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La fourchette thérapeutique du #Coaching #Agile

  1. « un collègue qui vous coach »… certes… mais à quel fréquence ? :-)

    • pierrefauvel dit :

      Je pratique un entretien une fois par mois avec une collègue, c’est déjà pas mal, pour prendre du recul et avoir d’autres idées et une espèce de garde-fou.

  2. Th. Cavrel dit :

    Bonjour Pierre,

    Si je résume : ni trop, ni pas assez ;-)

    A être trop présent (je parle de temps plein dans ce cas), le coach finit par faire partie des « meubles » … Les membres des équipes s’attendent à vous voir chaque jour, ce qui est peut être un réconfort ou une aide pour eux . Pour le coach, c’est l’avantage d’être connecté en permanence, mais est-ce bien nécessaire ? Je ne pense pas. On capte une foultitude de détails qui souvent, nous masquent ou nous empêchent de voir l’essentiel. Prendre du recul et de la hauteur est primordial dans ce cas, en commençant par prendre de la distance.

    Une trop grande présence, également, n’est pas forcément un bon atout pour le coach vis à vis du middle management. Le rôle de coach peut virer rapidement vers du mentoring, voire du consulting, en jouant les Scrum Master par exemple. Le coach devient un acteur du projet aux yeux des managers. « Le coach est là ? Autant lui poser la question. » … plutôt que d’aller la poser à l’équipe. Attention, vous n’êtes pas loin de devenir vous même manager du projet !

    Coacher une équipe est un travail exigeant (qui plus est quand il y a plusieurs équipes en parallèle), demandant beaucoup de concentration et de capacité à prendre du recul. Imaginer que l’on puisse le faire à temps plein dans le même contexte me semble utopique, en tout cas, en ce qui me concerne.
    A+ TC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s